Search playlists in progress

Your pornophonique search results for /

Teshno : Il aime le fuzz et les couleurs déviantes

1289
écoutes
0
partage
Chargement de la nouvelle playlist
Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

01 Steve O'Sullivan-Better Late Than Never

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

02 SCB-20 4

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

03 Ben La Desh-Rendez-Vous

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

04 Ryo Murakami-90.5

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

05 Derrick May-Icon (Montage Mix)

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

06 Delta Funktionen-Nebula

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

07 LoSoul-Open Door

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

08 Daso-Why Try (Fred P Reshape)

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

09 LA Synthesis-Agraphobia

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

10 Chymera-An Island In Sace (Jacob Korn Remix)

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

11 Oliver Hacke-Bisou

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

12 Akufen-Architextures 1

Track ajoutée à votre espace
Track supprimée de votre espace
artwork

13 Bacuzzi-Do You Mind

Frissons sonores et incursions sombres, cette playlist s’engouffre étroitement dans la brèche que l’heure tardive d’une nuit a ouvert.

Teshno receleuse de ces petites pierres, bien connues comme étant l’un des matériau naturel les plus dur, destinée à une écoute canapé, au casque, cérébrale.

Je me plais bien à commencer par ce titre de Steve O’Sullivan qui joue avec son crossfader et des petites nappes chilly pour nous emmener tranquillement dans une ambiance quasi cotonneuse tant elle renverse notre petite tête intelligemment.

Ryo Murakami, le mi-tokyoïte mi-berlinois nous porte lui dans les entrailles d’une dub techno qu’on adore, mentale et paranoïaque aux beats qui claquouillent sur notre tympan. Une longue montée de neuf minutes qui a de l’audace. La pornophonie, c’est donc ça.

Chymera remixé par Jacob Korn consacre ici pour nous l’un morceaux de la semaine. Sorti chez Connaisseur Recordings, tout ce que je peux dire c’est qu’il nous envoie assez loin. Seul dans sa bulle, on ne peux que gentiment bouger les épaules et se dire que décidément, on fait vraiment des choses déviantes lorsqu’on jette une oreille à un peu de pornophonie teshno.

Le voyage de cette petite playlist est presque complet si on s’arrête une seconde sur cet Agraphobia des LA Synthesis qui recouvre à lui seul ce que la musique électronique peut faire de plus beau ; une grosse montée dans les alpilles, vite, sans s’arrêter. Il donne envie de faire des piquets et des cabrioles dans l’herbe, en se retournant le cerveau d’amour.

On est déviant non.